AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 You have a new message : « 1 4 3 »


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


Date d'inscription : 23/06/2013
Messages : 29
Avatar : Kim Min Seok (Xiumin)
Pseudo : Ryu.

Emploi : Etudiant infirmier ; Travaille à l'animalerie de sa tante en petit-job

Bloc note : You have a new message : « 1 4 3 » with Yi Su Wei

Come on mom what's this with Bae Darryn

You're lovely but I can not accept... with Lim Eun Sae

MessageSujet: You have a new message : « 1 4 3 »   Mar 9 Juil - 15:01

tenue






Il savait que d’était mal. Déjà car cela le faisait lui-même souffrir, et ensuite car son cadet devait bien se demander ce qu’il passait pour qu’il l’évite ainsi depuis presque deux semaines. Enfin, éviter un grand mot. Il fait juste son possible pour ne pas qu’ils ne se voient face à face. Il répond à ses appels et ses sms, mais il invente toujours des excuses pour échapper à un rendez-vous en sa compagnie. Oui, Mao Lei est un véritable idiot. Tout cela à cause d’un misérable et furtif baiser nous diriez-vous. Mais cela était tellement important à ses yeux que cette histoire prenait une dimension incroyable. Nous n’allons pas mentir : le sino-coréen avait une envie folle de voir Su Wei. De pouvoir se blottir contre son corps musclé, de sentir ses bras rassurants le serrer contre lui, de sentir son parfum si agréable, de voir son magnifique sourire, d’entendre sa voix sexy lui dire qu’il lui avait manqué. Mon Dieu, il en mourrait véritablement d’envie. Pourtant, il ne pouvait pas. Rien que l’idée de se retrouver face à lui alors qu’ils se sont (sans le vouloir) embrasser le rendait tout simplement mort de honte et de gêne. Non non non. Il ne pouvait pas. Il allait être comme un idiot à ne pas pouvoir le regarder, à bafouiller, ne pas savoir quoi lui dire, tel un enfant de 7 ans devant son amoureuse à l’école primaire. Génial. Il ne voulait pas être ridicule devant lui, et encore moins paraître pour un gamin devant cet homme qu’il aimait. Alors, le rouquin se disait que le mieux, c’était d’attendre patiemment que cette histoire se calme, qu’il retrouve ses esprits et qu’il puisse de nouveau se tenir devant lui sans avoir les idées embrouillées de choses futiles. Oui, c’était le mieux à faire.

Comme c’était l’été, Mao Lei aidait sa tante à son animalerie, chose qu’il faisait depuis quelques années maintenant. Son rôle ? Habituer les chatons et les chiots à la présence et aux contacts humains. A vrai dire, sa tante n’a pas une animalerie « habituelle » comme on voit partout, sorte de petit magasin où les pauvres bêtes sont enfermées dans des compartiments à vitres. Oh non, loin de là ! C’est plutôt composé en trois parties. La première, celle où l’on entre directement, est une petite boutique avec tous les accessoires, nourritures et jouets indispensables pour ces adorables compagnons, ainsi que la caisse que tient sa tante. A l’arrière se situe un grand jardin où les deux autres parties se trouvent. L’une faite comme une sorte de véranda servant  principalement pour les chatons mais aussi les chiots pour dormir, jouer, et tout le reste lorsqu’ils veulent être à l’intérieur, et ensuite c’est le jardin, avec jouets de plein air et une bonne surface pour qu’ils puissent gambader à souhait. Bref, c’est un vrai petits coin de paradis pour ces animaux à quatre pattes, qui, nous n’allons pas le cacher, sont véritablement pouponné comme de vrais princes et princesses. Ce que préfère notre rouquin, c’est jouer avec eux et les câliner. Et en ce jour, il devait s’occuper principalement d’une jeune jindo couleur crème, et l’amener pour quelques jours chez lui histoire qu’elle puisse s’habituer à une vie dans un appartement en présence d’un humain et d’objets inconnus. De plus, Mao Lei allait devoir continuer de l’éduquer, pour qu’elle soit sage et ne fasse aucune bêtise. Mais c’était bien loin d’être une contrainte pour lui, car il aime les animaux plus que tout ! ayant déjà emmener tout le nécessaire pour la demoiselle chez lui (panier, nourriture, jouet, shampoing etc), il avait seulement à l’emmener chez lui.

Et c’est ce qu’il fit, en l’installant dans une sorte d’écharpe-hamac en tissu se mettant en bandoulière. La chienne, malgré qu’elle ne soit âgé que de 4 mois, sembla y trouver rapidement son aise, et s’y endormit même pendant qu’il marchait, ayant seulement la tête hors du sac. Chatonnant un peu, le garçon arriva rapidement à son petit immeuble. Mais une fois à son étage, il perdit le sourire. Au loin se trouvait Su Wei, qui attendant devant sa porte. Aiiiiish. Ça, il ne l’avait pas du tout prévu. Les joues un peu roses, il s’approcha et lui adressa un petit sourire absolument craquant. « Tu aurais dû me dire que tu passerais ! Tu… Tu attends depuis longtemps ? ». Ouvrant sa porte, il entra et se déchaussa, laissant faire son cadet comme s’il était chez lui, et alla déposer la petite chienne sur son canapé avec délicatesse pour ne pas la réveiller. « T-Tu veux boire quelque chose… ? ». Il se rendit à sa petite cuisine pour préparer un bol d’eau et un de croquettes pour sa nouvelle protégée. Et il fallait préciser qu’il n’avait toujours pas jeté un regard au fils Yi. « C’est un peu le chantier, désolé, je m’occupe de ce chiot pour quelques jours alors bon, fallait que j’arrive à trouver une place pour tout… ». Il se sortit une petite briquette de lait du frigo, y planta une paille et commença à boire, comme le chaton qu’il était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


DC : Ahn Ryun
Date d'inscription : 22/06/2013
Messages : 135
Avatar : (wu yi fan - kris)
Pseudo : oignivore

Emploi : Gamer pour une petite firme de jeux vidéos et vendeur de pizza.

Bloc note : DOES SUMMER IS A GOOD SEASON TO BE IN LOVE ?LOOKING FOR SOME TROUBLE TONIGHT YOU HAVE A NEW MESSAGE : 1 4 3 ▲ Who are you? Are you in touch with all of your darkest fantasies? Have you created a life for yourself where you’re free to experience them? I have. I am fucking crazy. But I am free.

MessageSujet: Re: You have a new message : « 1 4 3 »   Jeu 18 Juil - 2:50


C'était ridicule. Su Wei tournait en rond dans son 4m², ne savait pas quoi faire, et en avait vraiment marre d'être ainsi mit de côté par Mao Lei. Ce rouquin hantait ses nuits, ses jours, ses repas, ses douches, ses sorties, son travail. Il ne pouvait pas s'en empêcher, et pensait à lui presque tout le temps. Pourquoi? Lui-même ne savait pas, mais depuis cette sortie à la plage, tout avait changer. Enfin tout, c'était exagérer, évidemment. Mais comment dire, Ce minuscule tout petit incident qui en aurait fait rire certains les avaient séparer depuis presque deux semaines, alors que Mao Lei jouait au mec over booké, même pour boire un café! Agacé, il avait tenté plusieurs fois de se renseigner auprès de Darryn pour lui soutirer des informations, mais ce dernier refusait catégoriquement de l'aider. Avec un long et profond soupire, Su Wei se laissa tomber sur le bord de son lit, et vint caresser la tête de Luxuria qui dormait tranquillement, ou plutôt essayait de dormir, malgré la nervosité de son maître. Il n'y avait rien à faire, rien à manger, rien à voir, alors Su Wei se décida finalement, sur un coup de tête certes, la décision était prise : il allait se rendre jusqu'à lui et demander des explications à ce foutu chinois qui le rendait dingue.

Après une caresse sur la tête de Lux et une promesse de la sortir tout à l'heure, il se hâta pour prendre ses affaires et finalement se retrouver dans la rue. Les oreillettes laissait à présent couler une douce mélodie jusqu'à son cerveau, sa tête se balançant en rythme alors qu'il marchait dans les rues de Yuheon. en regardant le paysage défiler sous ses pieds, le blond se perdit finalement dans ses pensées, à repenser plutôt à cette scène, ce jour, et ces sensations qui l'avait parcouru à ce moment la. Comme dans les séries coréennes qu'il pouvait voir à la télé, Su Wei regardait le ciel en se remémorant dans sa tête les images de la scène, leurs lèvres se touchant, se frôlant, leurs regard entrant en collision alors que déjà le plus vieux avait réagit, cassant le rêve, les ramenant tout deux à une dur réalité : accident. Un long soupire s'échappa de ses lèvres alors que le cadet regardait son téléphone, espérant un message, ou quelque chose de sa part, mais rien, c'était le calme plat, ou tout du moins, quand Su Wei ne lui écrivait pas. C'était le monde à l'envers en ce moment. L’éternel sourire du chaton, sa joie de vivre et tout les petits moments partagés avec lui lui manquait. Le fait qu'il lui écrive pour l'obliger à venir lui voir lui manquait aussi. C'était une évidence qu'il ne pouvait pas renier : Xi Mao Lei lui manquait.

En arrivant devant l'immeuble ou habitait son aîné, Su Wei inspira profondément et grimpa les escaliers jusqu'à s'arrêter devant sa porte, la main prête à toquer. Quand finalement il se décida, il attendit. Une minute, deux minutes, mais toujours rien, pas un signe de vie dans l'appartement. Une moue boudeuse avait pris place sur son visage alors qu'il bougonnait intérieurement, maudissant le travail estivale de son chaton. Têtu, il attendit. Un quart d'heure, une demi-heure, et finalement après trois quart d'heures, au moment ou il allait tourner les talons pour retourner se morfondre dans sa cage à lapin, il entendit du bruit dans les escaliers. Son cœur rata un battement en voyant arriver la petite tête rousse de son aîné, qui lui faisait déjà la tête la plus choqué de l'univers. Son sourire. Mon dieu ce sourire. Su Wei le lui rendit bien vite, oubliant l'espace d'un instant qu'il était à cran et qu'il voulait absolument éclaircir la situation, il s'exclama sur son ton habituel « Enfin! Tu en as mis du temps, c'est dingue! ça fait une heure que je t'attend! » Toujours exagérer, encore, pour le faire culpabiliser, pour lui rendre la pareil pour l'avoir fait attendre et languir pendant deux semaines. Ce n'est qu'en le suivant dans l'appartement qu'il remarqua le petit paquet accroché autour de lui.

Su Wei fut totalement omnibulé par la petite boule de poil blanche que son camarade venait de poser sur le canapé qu'il n'entendit même pas la dernière phrase qu'il prononça. Après avoir enlevé ses chaussures dans l'entrée, il s'était directement dirigé vers le canapé ou il s'était accroupie, un coude prenant appuie sur l'assise alors que l'autre faisant courir le bout de ses doigts sur la fourrure de la petite chienne. Son regard brillait d'un petit on ne sait quoi, le même qu'il avait quand il prenait soin de Luxuria, et ce n'est qu'en relevant la tête vers Mao Lei qu'il se rendit compte qu'il lui avait parler. « Euh, pardon, tu disais quoi? C'est qui cette petite merveille? Elle est magnifique! ». Mao Lei était gêné, il l'avait remarquer rien qu'à sa démarche en arrivant, alors le cadet faisait comme si de rien n'était jusqu'à ce qu'enfin le vrai Mao Lei refasse son apparition, ou tout du moins, il espérait qu'il arriverait à ne rien dire assez longtemps pour voir si Mao Lei parlerait de lui même, pour lui expliquer cette soudaine distance que Su Wei détestait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Date d'inscription : 23/06/2013
Messages : 29
Avatar : Kim Min Seok (Xiumin)
Pseudo : Ryu.

Emploi : Etudiant infirmier ; Travaille à l'animalerie de sa tante en petit-job

Bloc note : You have a new message : « 1 4 3 » with Yi Su Wei

Come on mom what's this with Bae Darryn

You're lovely but I can not accept... with Lim Eun Sae

MessageSujet: Re: You have a new message : « 1 4 3 »   Sam 20 Juil - 19:29

Il était perdu. Car en deux semaines, il n’avait pas pu mettre une place une stratégie ou un quelconque plan de comment il agirait s’il se retrouvait en présence de son cadet. Et donc cette situation arrivait bien plus tôt qu’il ne l’aurait souhaité. Oh, bien sûr qu’il était content de le revoir. Il en était même extrêmement heureux, de revoir ce visage si parfait et d’entendre cette voix qui lui donnait des frissons. Mais d’un autre côté, il lui en voulait de ne pas l’avoir prévenu de sa visite. Déjà, car il n’avait pas eu le temps de se faire beau pour lui, mais ensuite et surtout car il était complétement livré à lui-même, sans avoir de quoi se raccrocher. Comment devait-il agir ? Comme si de rien n’était et être l’adorable Mao Lei ? Plaisanter sur cet « accident » ? Lui en parler et lui expliquer pourquoi il réagit ainsi ? Aish. Si tu savais dans quel état pitoyable tu le mettais Su Wei… Tu devrais t’en vouloir de perturber autant ce pauvre petit chaton qui ne sait même plus où il en est dans ses sentiments. La seule chose dont notre rouquin était certain, c’était qu’il éprouvait bien plus que de l’amitié à l’égard de cette grande perche blonde. Sinon, il ne se mettrait pas dans de tels états, pas vrai ? Mais comme il ne voulait pour rien au monde perdre leur si belle et précieuse amitié, il allait taire ces sentiments qui lui retournent tant l’esprit, pour tenter d’être le plus naturel possible  et ainsi ne pas inquiéter le fils Yi. Car à vrai dire, celui-ci avait l’air d’avoir totalement oublié, ou alors de s’en moquer, ce qui, au fond, blessait Mao Lei… M’enfin.

Alors qu’il ouvrait la porte, il l’entendit grogner contre sa lenteur à revenir chez lui. En même temps, il n’avait qu’à l’avoir prévenu hein ! C’était lui le fautif, pas le jeune Xi ! « Une heure… ?! T’es sérieux ?! Bah, j’ai pris mon temps aussi là-bas, personne n’était censé venir me rendre visite… ! ». Il gonfla ses joues et entra pour poser la chienne et aller à la cuisine. En réalité, au fond de lui, cette remarque de la part de son cadet lui avait fait énormément plaisir. Pourquoi ? Tout simplement car il avait attendu UNE HEURE pour lui. Rien que pour lui. Pour le voir et prendre de ses nouvelles. Il aurait pu partir après une bonne demi-heure, mais non, il était resté. Rien que penser à cela faisait prendre une belle couleur rosée aux grosses joues de Mao Lei, qui but plus rapidement sa briquette de lait. Il sursauta alors en attendant parler le blond, et vint le rejoindre avec une petite moue absolument adorable au visage. « Elle s’appelle Kiwo, elle a 5 mois ! Elle va rester une semaine ici, j’espère que ça ira ! Elle est adorable et très câline, mais aussi très futée, j’espère qu’elle ne fera pas de bêtises… ! ». S’arrêtant de parler, il constata qu’il s’était mis naturellement accroupit aux côtés de Su Wei, et que leurs visages étaient bien trop proches. Il se releva alors brusquement, les joeus rouges, et toussota un peu. « Je… Je te demandais si t-tu voulais boire quelque chose… ». Se mordillant la lèvre, il retourna donc à la cuisine avec sa briquette, tentant de reprendre ses couleurs normales. Mon Dieu, il avait honte. Honte d’être si enfantin et peu mature. Il voulait tant pouvoir paraître comme un jeune homme de son âge, dont on pourrait tomber amoureux et se mettre dans une relation sérieuse. Et pas cet enfant timide et maladroit dont on veut simplement prendre soin.

Prenant une grande bouffée d’air, il s’appuya contre son plan de travail et regarda le chinois qui papouillait la jeune chienne, celle-ci semblant aux anges, s’étant même mise sur le dos pour avoir plus de caresses encore. Cette scène était véritablement adorable. Un doux et très beau sourire se dessina alors sur le visage angélique du rouquin, qui reprit finalement la parole. « Ça fait bizarre de te voir sans Lux’… Tu l’as laissé à ton appart’ ? ». Oui, il se devait de ne rien laisser paraître, restant néanmoins dans son coin, alors qu’au fond de lui, il mourrait d’envie de se blottir dans ses bras. Mais à croire que la chienne avait volé toute l’attention du fils Yi. « … T’as qu’à l’emmener chez toi si elle te plait tant. Ma tante te connait, ça ira. Comme ça tu pourras continuer à en prendre soin, hein. ». Oui, sa voix était devenu un plus dure, faute de sa jalousie. Oui oui, jaloux d’un animal. Que voulez-vous. Il l’était même de Luxuria. Cette chienne était le trésor de Su Wei, et il l’enviait. Il lui enviait les regards remplit d’amour que lui lançait le plus jeune, les douces caresses que celui-ci lui donnait, et tout le reste. Aish. Il était ridicule. Il voulait juste disparaître. « J’me suis pas excusé pour l’autre jour, à la plage… A cause de ma peur pour l’orage, on a dû rentrer tôt... Je… J’suis désolé… ». Mao Lei se mit dos à son cadet, les yeux rivés sur sa briquette dans ses mains, toujours dans la cuisine. Et sans le vouloir, des larmes se mirent à perler sur ses grosses joues pour s’écraser contre le plan de travail, silencieusement. « Je suis… v-vraiment… désolé… ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: You have a new message : « 1 4 3 »   

Revenir en haut Aller en bas
 

You have a new message : « 1 4 3 »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Message from Barak Obama
» Pas de message d'activation
» Message pour le roi
» Nouvelle fenêtre de saisie de message annulée.
» Message de l'administrateur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
veneficia felis :: 
yuheon
 :: Sunam :: Résidences :: Appartement de Xi Mao Lei
-