AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 «Puissance enivrante, douceur exaltante.» Kong Na


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Fou du roi

DC : Yi Su wei
Date d'inscription : 14/04/2013
Messages : 425
Avatar : Lee Joon
Pseudo : Oignivore

Emploi : Patron du cat's eyes, et chasseur d'énergie à pleins temps.

Bloc note : “L'univers est un entrelas de forces. La voie du marchombre sinue entre ces forces et le marchombre se rit d'elles. Invisibles, il les voit. Impalpable, il les sent. Immatérielles, il les touche. Le vent est une de ces forces.



Puissance enivrante, douceur exaltante, soleil de mes nuits, fleure de printemps.

Oh my fucking god. , i'm a girl.

MessageSujet: «Puissance enivrante, douceur exaltante.» Kong Na    Sam 20 Avr - 15:49

Puissance enivrante, douceur exaltante.


Dans quelques temps, devenir quelque chose, l’âme close contre une dose d’ivresse. Et chaque soir, ça recommence. Une caresse, une claque sur ses fesses, chacun passe. Une caresse, un sourire, et ça recommence. De pavé en pavé, la princesse des trottoirs songe au prince magnifique. A la patience de son toucher, à la beauté de sa lyriçité. Mais combien de temps encore, pour prétendre à l’élégance rêvée. Et comme chaque soir, ça recommence. On dirait que les hommes s’attache à tout, même à la souffrance. Votre peau comme la mienne, à du manquer d’une autre peau. Votre âme comme la mienne, à du manquer d’une autre âme.

Ton âme maudite t’empêche de t’épanouir complètement. Tu es de ces fleures qui ne fane plus, mais qui ne s’épanouit plus non plus. Tu es l’épine au lieu d’être le pétale. Tu es le noir au lieu d’être le blanc, et pour devenir gris, tu as besoin de cette énergie qui s’émane de ce doux pétale. Comment pourrais-tu résister à l’appel de l’ivresse, de la liberté ou de la vie ? Tu ne peux pas, tu ne veux pas. D’un pas félin et décidé, tu reviens dans cette pièce que tu a quitté. Tu t’es changé, tu as opté pour un jeans noir ainsi qu’un pull en laine de la même teinte. La nuit est tombée, la lune n’est qu’à son premier croissant, le mois commence. Tu souris, ravi de cette prochaine escapade que tu t’apprêtes à faire, et tu viens t’asseoir à côté de celle qui te guideras. Elle n’est pas ta muse, n’est pas toi, elle est différente et elle te complète. Comme toi, elle est assoiffée d’aventure, assoiffée de pouvoir, assoiffée d’énergie. Tout deux avez passé l’après-midi ensemble à l’attente de la nuit. Tout deux êtes prêts traverser la ville à la recherche de cette âme vagabonde qui enflammera vos pensées. Le salon de l’étage supérieur du cat’s eyes ne ressemble plus à rien, comme si une tornade était passé. Boissons, verres vides ou encore assiettes vides trainent en harmonie avec les boites des dvds que vous avez regardez. Tes sens sont légèrement engourdis mais tu es persuadé que l’air frais que tu sentiras sur ton visage saura te réveiller. Tu la tire alors par la main, mêlant douceur et excitation, tu la traine dehors avec un immense sourire. «Allez, dépêches toi! Si on sort trop tard, y’auras plus personne dans les rues!»

Avant de partir, tu passes dans la chambre ou ton trésor, ta sœur, ton toi dors tranquillement. Son visage est si doux que tu ne peux t’empêcher de sourire. Avec tendresse, tu remontes les couvertures jusqu’à son menton pour qu’elle n’est pas froid et tu lui embrasses le bout du nez. Tu accroches un post-it sur la table de nuit au cas ou elle se réveillerais avant ton retour. «Amour, range rien, je reviens dans pas longtemps! Si tu ranges je te frappes! Promis je serais pas long, je suis partis avec Kong Na». Tu redescend rapidement et reprend Kong Na par la taille en l’entrainant dehors. Tu lui souris, ravi. Arrivé devant le café, tu inspires une grande bouffée d’air. Tu frissonnes de plaisir, car tu sais que cette chasse va te défouler. En marchant dans les rues de Yuheon, tes sens commencent déjà à être aux aguets, et tu sens l’agitation en toi monter. «Je te proposes d’aller dans le quartier d’Hasang. Doit bien y avoir du monde autour de la rivière de perle.» A nouveau, tu lui souris et la sert contre toi, te dissimilant dans le monde qui hante encore les rues de la ville.


_________________
Forgiveness.



Dernière édition par Ahn Ryun le Jeu 25 Avr - 20:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chikibang.tumblr.com/
avatar


DC : none
Date d'inscription : 14/04/2013
Messages : 111
Avatar : son ga in
Pseudo : breakfast, la nymphe.

Emploi : comédienne passionée.

Bloc note : dans ses yeux se sont glissés des cristaux, son sourire n'est qu'éclat ; et c'est sa main dans la tienne qui l'abandonne de tout ses personnages.


MessageSujet: Re: «Puissance enivrante, douceur exaltante.» Kong Na    Dim 21 Avr - 18:57





Nuit après nuit et jour après jour elle laisse flotter les cendres de son âme. L'enfer lui brûle tant les pieds qu'elle ne ressent plus rien. Si la belle semble dégager une sensibilité et une passion des plus effroyables, Kong Na ne ressent pourtant ni peine ni douleur. Elle représente l'horreur et n'est servante d'aucune compassion. C'est là son moindre défaut.


Cette brise qui faisait danser le tissu et qui caressait cette douce peau, ce silence qui embrouillait ses pensées, et cette odeur de délicatesse qui flottait dans l'air.. Kong Na était enivrée par cette atmosphère qui dégageait un parfum de quiétude et de vivacité à la fois. La lumière de la pièce ne faisait que donner plus d'éclats à ce profond regard, ses lèvres daignant se tirer en un des plus divins sourire de temps à autre. Quand ses pieds touchent alors le sol froid, que la glace vient réveiller ce corps tiède et qu'un frisson vient parcourir son échine, on peut alors entendre ce doux soupire s'échapper de cette bouche semblable à un bouton de rose. La princesse de glace était allongée sur ce divan, le dos de ses mains sur son visage. Entre ses fins doigts ne se dissimulait aucune honte, aucune fuite : on pouvait clairement décerner cette pudeur, que peut avoir la populace pour enfouir ses émotions et autres sentiments au plus profond de ses entrailles.


Le quartier semblait déjà endormi, aucun son ne passait le balcon. Doucement, Kong Na enleva ces mains de son visage en inspirant profondément. Tournant la tête vers le balcon, elle pouvait voir ce personnage, celui qui l'accompagnait dans chacune de ses escapades. Toi, Ahn Ryun, tu étais son asile, et tes paroles étaient divines. Tu étais son autre ; tu étais son ami. Dans tes yeux elle arrivait presque à se donner une identité ; c'est beau n'est ce pas ? Peut-être que plus grand des pouvoirs que tu puisse avoir c'est celui-ci après tout, quand dans un simple sourire, dans un simple regard tu es à deux doigts de faire comprendre à la princesse de la métamorphose qu'en ce corps vit Kong Na. Point de Mérope, point de Pénelope : juste Kong Na et rien que Kong Na.

Silencieuse, elle te suivait du regard alors que tu vins prendre sa main. Ce soir, vous alliez pouvoir permettre à votre âme de se nourrir l'espace d un instant. Tout deux étiez avide d'énergie et d'actions, vous aviez besoin de dépenser pour gagner. L'un ne partait jamais chasser sans l'autre et l'autre ne partait jamais chasser sans l'un. Votre complémentarité ne fait que rendre l'adrénaline plus forte et satisfaire votre appétit. Le sang bouillonne dans vos veines, et la chaleur de ces aventures vous fait baigner dans une folie exquise. Patience, patience. Ce moment n'est plus très loin désormais.

Sa robe traînait sur le sol, alors que ses pieds à présent chaussés la guidaient vers la rue. Tout semblait si vivace, maintenant que le seuil de la porte fut franchit ; de la foule, beaucoup de foule. Des rires, des mots échangés, et des silences aussi. Ses doigts glissèrent sur sa gorge, la caressant légèrement alors que son regard de braise balayait le monde à l'énergie si puissante. Pendant un laps de temps, elle se mit à haleter, mais son souffle regagna la norme quand ta main se posa sur ses hanches finement dessinées. Tes yeux plantés dans les siens, ton souffle contre sa peau, elle était attentive au moindre mot. Puis ses lèvres s'étirèrent, son bras se plaçant sous le tiens.

« - C'est une bonne idée, allons là-bas. De toute façon ça ne peut en aucun cas nous faire du mal, toute cette fraîcheur me fait déjà du bien. »

Sa voix semblait pareille au cristal : claire comme un éclat de pureté, dans laquelle se dissimule habituellement un soupçon de sensualité. Kong Na fit glisser le bout de ses doigts sur la ton bras en commençant à marcher en ta compagnie pour s'engouffrer dans ce bain de foule. Elle regardait tout autour d'elle, pouvait sentir n'importe quoi au plus profond d'elle même. Chaque sensation semblait être un ouragan dans son corps et elle pouvait presque entendre le passant chuchoter au bout de la rue : ses sens s'accentuèrent pour ensuite faire offrande de toute ces énergies à son âme desséchée.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fou du roi

DC : Yi Su wei
Date d'inscription : 14/04/2013
Messages : 425
Avatar : Lee Joon
Pseudo : Oignivore

Emploi : Patron du cat's eyes, et chasseur d'énergie à pleins temps.

Bloc note : “L'univers est un entrelas de forces. La voie du marchombre sinue entre ces forces et le marchombre se rit d'elles. Invisibles, il les voit. Impalpable, il les sent. Immatérielles, il les touche. Le vent est une de ces forces.



Puissance enivrante, douceur exaltante, soleil de mes nuits, fleure de printemps.

Oh my fucking god. , i'm a girl.

MessageSujet: Re: «Puissance enivrante, douceur exaltante.» Kong Na    Jeu 25 Avr - 20:53





Ton âme vagabonde entre deux monde, et toi naïvement, tente de la suivre, de la rattraper. Mais que peux-tu contre cette entité ? Rien, rien, si ce n’est le respect. Ce n’est pas toi qui la contrôle mais bien l’inverse. Elle te traine, derrière elle, comme un fardeau, comme un corps en peine qui tente de survivre. Mais que peux-tu contre ce démon ? Rien, rien, si ce n’est la crainte. Elle est ta douleur, ta puissance et ta faiblesse. Et elle est tout et rien à la fois, elle te contrôle et te détruis, elle est toi et tu es elle.

Contrairement à ce démon qui t’habites, tu te trouves en compagnie de la plus exquise des déesses. Elle est ton réconfort, elle est ta passion, et de ses yeux tu puises ta force, et de son sourire tu puise ta joie. En sa compagnie, ton cœur semble apaisé, comme si elle était le baume qu’il te manquait pour te sentir complètement vivant. Tout deux étiez en parfaite complémentarité, et dans vos yeux dansent les mêmes lueurs, les mêmes envies. Qui êtes vous, et que cherchez vous ? L’énergie qui nourrira nos âmes.

La tenant ainsi contre toi, tu ne sais pas si tu la protège ou si tu la retiens. Comme elle, tu laisse tes sens prendre le dessus, te laissant guider par ces forces invisibles qui se jouent de vous. Vos âmes crient famine. Vous n’êtes que le corps dans lequel ils se sont installés, ces démons, vos démons, vous surveillent et vous obligent à avancer encore un peu plus. Alors que tu l’entend haleter, tu la presse contre toi comme si elle était le plus beau des joyaux, le plus fragile des trésor. N’était-ce pas ce qu’elle était à tes yeux ? Vous étiez comme ces couples que l’ont voyait dans les vieux films, incarnant beauté et sauvagerie, civilité et puissance. Tu la guides à travers cette foule de gens qui ne se doute nullement de l’ampleur de votre soif, de l’envie de vos âmes. Ton corps s’enivre de ces sensations que tu perçois, et déjà, tu repères ce que tu cherches. Qui est l’objet de tes désirs, et de quoi as-tu envie en ce moment ? Nul autre que ce passant lambda qui sera ton repas. Les légendes sont-elles fausses, ou relatent-elles la vérité ? Tu ne sais. Pourtant, c’est bien cette soif qui guide tes pas dans les rues principales de Yuheon. Ton regard protecteur se pose sur le fin visage de ta douce, et un magnifique sourire étire tes lèvres quand tu lui parles. «Toi aussi, tu sens déjà le bonheur qu’on va partager tout les deux ?» Tu lui souris encore, un clin d’œil et un regard malicieux pour ton autre, et tu regardes à nouveau devant toi, laissant ton regard analyser les personnes que te semblait intéressante. «Aujourd’hui c’est toi qui choisis ma belle, je te fais confiance pour un choix de luxe»

_________________
Forgiveness.



Dernière édition par Ahn Ryun le Ven 26 Avr - 13:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chikibang.tumblr.com/
avatar


DC : none
Date d'inscription : 14/04/2013
Messages : 111
Avatar : son ga in
Pseudo : breakfast, la nymphe.

Emploi : comédienne passionée.

Bloc note : dans ses yeux se sont glissés des cristaux, son sourire n'est qu'éclat ; et c'est sa main dans la tienne qui l'abandonne de tout ses personnages.


MessageSujet: Re: «Puissance enivrante, douceur exaltante.» Kong Na    Ven 26 Avr - 13:35





Elle a toujours baigné dans la pureté, dans le blanc. Mais elle était en réalité le parasite, cette tâche qui faisait honte. Et avec cette ivresse qui l'accompagnait en tout lieux, il a fallut de la force à Kong Na pour résister à cet appel qui la guidait vers ses propres géniteurs. Ces êtres handicapés par ce manque d'authenticité, capable d'offrir un des amour les plus falsifiés. La vérité était qu'ils se mordaient les doigts et étaient apeurés par cet être que tout deux avaient mis au monde. Et ils savaient pertinemment qu'ils ne pourraient rien changer ; elle n'était pas née goku. Elle était née jeoju. Et quel supplice pour cette famille au rang si noble de se voir vivre avec l'horreur et la peur au ventre. Ils pouvaient se voir disparaître rapidement. Mais il n'en fut rien. Et c’est avec tout les efforts du monde, que cette indigne, cette vile progéniture s'est interdite de ce crime. Les Dieux avaient choisis de punir le poupon. Et aucune miséricorde ne fut accordée à la famille Go, si ce n'est celle de ce monstre. Mais maintenant ,après tout, ils peuvent dormir en paix...

Tant de choses captivaient l'attention de cette damnée, telle une enfant qui n'aurait jamais vu la splendeur de la nuit. Toute ces personnes qui s'activaient, tout ces sourires qui se dessinaient sur
leur visage, tout ces parfums qui dissimulaient l'horreur.. Oh, si ils la savaient cette horreur.. Toute ces âmes si naïves qui déambulaient sous les lumières d'étoile semblaient si innocentes. Et pourtant elle savait pertinemment que dans cette foule au multiples masques se cachait l'individu qui saura atténuer sa faim ou bien – au contraire – la rendre plus importante encore. Kong Na prenait son temps pour ces choses là, préférait déguster ce festin qui allait lui permettre de la rendre plus « vivante » l'espace d'un instant …

« Seigneur, ne leur pardonnez pas car ils savent ce qu'ils font. »
sheitan.

Ta voix caressa sa peau avant de grimper vers ses oreilles pour devenir un chuchotement et la
remplir de l'intérieur. Tes mots raisonnaient avant de devenir distincts. Ainsi, un sourire s'accrocha au coin de ses lèvres alors que son visage aux doux traits se leva vers le tiens, pour captiver ton regard et ne faire qu'un pendant un court moment. Puis ce fut comme un courant d'air, comme si le vent était venu fouetter sa peau avant de continuer son chemin.. Était-ce donc cette énergie si forte qui se trouvait à proximité qui venait de la battre ainsi ? Cette sensation fut si momentanée et pourtant si intense, si jouissive .. Ça ne pouvait être que l’œuvre d'une seule chose et elle en était convaincue. Il ne vous restait plus qu'à trouver cette source d'énergie, cette rivière de vie. Sa main glissa lentement le long de ton bras pour que sa main puisse se réfugier dans la tienne, entremêlant ses doigts avec les tiens. La belle pouvait sentir cette chaleur contre ta paume, qui lui donna envie de resserrer cette étreinte plus fort encore. Et tout en marchant, elle releva à nouveau la tête vers toi en posant sa main libre sur ton épaule, pour te parler.

« - J'espère que je serai à la hauteur dans ce cas ... » dit-elle en affichant un léger sourire malicieux.

Elle le sentait c'était tout proche, à deux pas d'ici. Et une lame d'excitation vint transpercer ce cœur si rêche, à cet instant.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fou du roi

DC : Yi Su wei
Date d'inscription : 14/04/2013
Messages : 425
Avatar : Lee Joon
Pseudo : Oignivore

Emploi : Patron du cat's eyes, et chasseur d'énergie à pleins temps.

Bloc note : “L'univers est un entrelas de forces. La voie du marchombre sinue entre ces forces et le marchombre se rit d'elles. Invisibles, il les voit. Impalpable, il les sent. Immatérielles, il les touche. Le vent est une de ces forces.



Puissance enivrante, douceur exaltante, soleil de mes nuits, fleure de printemps.

Oh my fucking god. , i'm a girl.

MessageSujet: Re: «Puissance enivrante, douceur exaltante.» Kong Na    Mar 30 Avr - 22:37





Tu l’entend ? Bien sur que tu l’entend. Le murmure. Le murmure assourdissant et permanent. Il a envahis la ville et les esprits, il arpente les rues en hurlant. Le murmure assourdissant et permanent comme un parasite à l’intérieur, qui t’épuise de l’intérieur. le murmure longe les rues, le murmure ronge ces rues, et avant même que ce murmure ne pense à fuir la nuit, ton âme lui crie d’obéir à son envie. Ton entité plante ses griffes dans ton cœur jusqu’à ce que ce murmure passe et lèche tes meurs. Elle crie famine, elle crie envie, et toi qui n’es que le corps, subit.

La brise parcours ton visage, et le doux regard de ta douce qui te souris panse ton cœur de ce doux baume plus communément appeler amour. Son sourire magnifique n’est que le reflet du tiens, et ses gestes sont aussi doux que pourrait l’être ceux qu’une déesse. Un frisson te parcours l’échine alors que ses fins doigts glissent entre les tiens, et c’est du pouce que tu caresse sa peau si douce. C’est lorsque sa voix se met à résonner dans tes oreilles que commencerait une douce mélodie si vous vous trouviez sur la scène qu’elle chérissait tant. Vous étiez les personnages principaux de cette scène. Crescendo, l’excitation se fait sentir dans ton corps, et tu sens dans la force de ses doigts qu’elle est dans le même état que toi.

Aujourd’hui, maintenant, était venu l’heure pour vous de redécouvrir cette envie. A nouveau, tu sentiras en toi couler cette énergie, qui glissera dans chaque parcelle de ton corps pour te rendre plus fort. A nouveau, le murmure. Tu l’entend ? Il est près, loin, partout à la fois. Est-ce que comme toi, il sens que le jeu commence ? Comprend t-il l’ampleur du phénomène, j’en doute, car qui voudrais se transformer en une coquille vide. Tu sais ce que sais toi, et tu le fais subir aux autres pour te rendre plus fort. Égoïsme. Surement. Ton corps se réveille, ton âme te torture, et ta soif te fait gronder. Avec une douceur que tu ne donnes qu’à elle, tu suis Kong Na dans les rues ou elle t’emmène. Comme elle, tu sens que vous approchez du but, mais tu ne vas pas plus loin, car elle est le félin. «Est-ce que tu as fais ton choix ma douce? A ce que je sens, on en a plusieurs servis sur un plateau d’argent.»

_________________
Forgiveness.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chikibang.tumblr.com/
avatar


DC : none
Date d'inscription : 14/04/2013
Messages : 111
Avatar : son ga in
Pseudo : breakfast, la nymphe.

Emploi : comédienne passionée.

Bloc note : dans ses yeux se sont glissés des cristaux, son sourire n'est qu'éclat ; et c'est sa main dans la tienne qui l'abandonne de tout ses personnages.


MessageSujet: Re: «Puissance enivrante, douceur exaltante.» Kong Na    Dim 12 Mai - 13:20





Des sens perdus, qui se pavanaient en tout lieux et qui faisait battre son cœur bien trop vite. Son pas s’accélérait t'entraînant avec elle, le tirant presque à bout de bras. Elle était bien trop enivrée par ce feu follet, cette âme vagabonde. Rien ne pouvait la faire sortir de cette folie exquise qui faisait naître en son regard la plus terrifiante de toute les expressions. Il s'agissait de se quitter soi et tout ce qui pouvait se trouver à proximité. Même sa peau semblait être plus chaude, et tu semblais la retenir comme si il s'agissait d'un chiot trop excité. Mis même toi, Ryun, tu savais que dans peu de temps tu allais céder à cette tentation. Et plus rien ne pouvait glisser entre vos doigts, pas question de la laisser s'échapper. Kong Na sentait que c'était de plus en plus proche et elle en jubilait d'avance.

Ta voix se mit à raison dans son cœur, comme si chaque mot ressemblait à un coup de tambour. L'impact était fort, les sons semblaient trop lointain pour qu'elle puisse comprendre un quelconque message. Une vague d'excitation s'empara d'elle et ses doigts se resserrèrent sur les tiens : le visage d'ange venait d'enlever son voile, là devant, leur regards s'était croisés pendant un instant. Dans l'un se lisait l'appréhension, dans l'autre la satisfaction. Ses jolies lèvres roses semblaient tremblante à la vue de l'animal, même vue d'ici. Sa chevelure châtain dansa derrière son dos tandis qu'elle fit volte face pour se fondre dans cette dense population, ses pieds tentant de l'emmener le plus loin possible de ces vils chasseurs que vous étiez. Mais la comédienne continuait d’oppresser cette jeune créature, se permettant de chuchoter à son esprit, ses mots ne devenant que sifflements de serpents.

Puis la belle releva le visage vers le tiens, dans l'espoir que tu ai perçu la chose qui allait vous rallier tout les deux pour l'espace d'une nuit – non d'un d'instant seulement. Une main sur ton torse, elle lissa quelques paroles à ton oreille avant de disparaître dans une ruelle en laissant flotter derrière elle le tissu blanc de sa robe :

« - Ne la quitte pas des yeux, suis là. Je ne serai pas loin... »

Elle avançait dans des rues moins bondées, des rues étroites qui laissaient à peine entrevoir les taches de lumières qui ornait le ciel d'ancre. Ses doigts glissaient sur les murs qui semblaient se décomposer peu à peu et Kong Na continuait de monologuer dans l'esprit de sa futur victime, entendant déjà ses futurs pleurs...

Ses talons brisaient le lourd silence qui dominait les passages inquiétants qu'elle empruntait, et quand présence se fait sentir, elle se cachait du regard interrogateur qu'elle allait croiser. Il semblait que plus elle s'enfonçait, plus sa route devenait étroite. Sans connaître les lieux, elle semblait pourtant connaître le chemin par cœur et avait confiance. Et c'est au bout d'un d'entre eux qu'elle perçut à nouveau le visage du trésor... Où étais-tu toi, Ryun, son compagnon de chasse, son prince des nuits ? Peut-être allais-tu faire ton apparition dans peu de temps si l'on en croit l’anxiété qui décorait le visage angélique.. La belle s'avança alors tout doucement, rasant les murs, le regard fixé sur son objectif. Elle n'agira pas sans toi, et elle pouvait te sentir. Elle pouvait même te parler si elle le souhaitait. Pas question d'agir sans toi, de manquer cet atroce partage auquel vous vous livriez tout deux.
Et quand elle t'aperçut quelques secondes plus tard après le passage de la gosuk, elle disparu à nouveau dans un de ces passages, attendant de la diriger vers un lieu plus isolé, plus propice à l'attaque..


_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fou du roi

DC : Yi Su wei
Date d'inscription : 14/04/2013
Messages : 425
Avatar : Lee Joon
Pseudo : Oignivore

Emploi : Patron du cat's eyes, et chasseur d'énergie à pleins temps.

Bloc note : “L'univers est un entrelas de forces. La voie du marchombre sinue entre ces forces et le marchombre se rit d'elles. Invisibles, il les voit. Impalpable, il les sent. Immatérielles, il les touche. Le vent est une de ces forces.



Puissance enivrante, douceur exaltante, soleil de mes nuits, fleure de printemps.

Oh my fucking god. , i'm a girl.

MessageSujet: Re: «Puissance enivrante, douceur exaltante.» Kong Na    Lun 20 Mai - 15:44





Echo, contre ma peau. Aime moi si tu l’oses, jusqu’à l’overdose. Dans tes bras qui se referment, comme un étau, je t’entend à peine, ton cœur frappe comme un couteau cette cible qui s’enfuis. Silence autour de nous, plus rien ne bouge. Je deviens accro. Si tu veux, je te déposes, tout contre ma peau. Et j’entend le son de ta voix comme un écho, ton fantôme en moi qui me dévore de bas en haut. Et si tu résonne encore, même si plus rien ne bouge... écho, contre ma peau, dans mon esprit, aime moi si tu l’oses, jusqu’à l’overdose... je deviens accro.

Tu souffles doucement, tes yeux passionnée par cette frêle créature devant vous. Ta main dans celle de ta dulcinée, vous l’oppressez. Et elle pense que la foule la protégera, mais la foule s’éloigne, la laissant seule en train de fuir, devant vous. Plus rien ne bouge si ce n’est l’essence de vie qu’elle laisse choir derrière elle. Tu t’imagines déjà son fantôme se perdre dans l’immensité du domaine de vos démons, vide de toute expression, de tout sentiments, de toute énergie. Tu la vois, la devant toi, s’accrochant à se dernier espoir de fuir ce que vous êtes : sa mort.

Tu regardes alors la belle qui te regardes. Vous avez compris, car vous avez l’habitude, et tu sais, tu la connais, tu le connais, ce regard qui l’habites, son réel envie, son plaisir. Tu souris et lui caresses la joue avant qu’elle ne disparaisse comme une déesse. Tu inspires profondément et tes pas continue de suivre ceux de la biche. Tu le sais, elle la manipule, l’oppresse, l’envahit petit à petit. Tu es le chasseur, Kong na la mort, et cette innocente est la victime. Tu la suis alors, à quelques mètres seulement. Tu sens son énergie te traverser, tu sens cette attirance irrésistible qui t’obliges à continuer, jusqu’à l’overdose. Tu deviens accro.

Tu tournes la tête et fixe les pierres de l’édifice qui te sépares de ta bien aimée, mais tu le sais, elle te suis, elle la suis, la traque. Ton regard croise le siens pendant l’espace de quelques secondes, le temps qu’elle voit que tu es la. Et alors que tu te rapproches de ta proie, tu l’obliges à tourner dans une ruelle peu illuminée, tu la guides en lui bloquant la route, la menant tout droit dans les griffes de ta partenaire. Tu entend la foule qui s’éloigne de vous, et les pas de la belle qui se pressent comme si elle pensait encore vous échapper. Ta langue claque sur ton palet, impatient. Tes yeux ne sont plus que le reflet de ton envie, plus que l’ouverture à ton âme.

Et tu entend le son de sa voix qui te supplie de ne pas approcher, de la laisser, mais toi, toi cruel et sadique, tu ris et t’approches toujours un peu plus. Elle bifurque, s’engouffrant de plus en plus dans les sinistres ruelles de Yuheon. Tes eux cherchent Kong na, mais ton âme sait qu’elle n’est pas loin, tu le sais, tu le sens, et tu souris en la voyant apparaître à l’autre bout de la ruelle. Voila, doucement, le jeu allait réellement commencer, et bientôt, vous n’allez faire qu’un, à partager cette exquise essence d’énergie qui vous regorge de vitalité. A deux, vous allez l’entendre vous supplier.

Tu t’approches de ta cible jusqu’à sentir son souffle saccadée, jusqu’à voir au plus profond de ses sombres iris. Tu sens également ton autre se rapprocher, et lui sourit, la proie bloquée entre vous deux. «Elle à l’air terrifiée... »

_________________
Forgiveness.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chikibang.tumblr.com/
avatar


DC : none
Date d'inscription : 14/04/2013
Messages : 111
Avatar : son ga in
Pseudo : breakfast, la nymphe.

Emploi : comédienne passionée.

Bloc note : dans ses yeux se sont glissés des cristaux, son sourire n'est qu'éclat ; et c'est sa main dans la tienne qui l'abandonne de tout ses personnages.


MessageSujet: Re: «Puissance enivrante, douceur exaltante.» Kong Na    Sam 22 Juin - 9:54






Elle semblait aussi effrayée qu'un chaton, son regard ne lui donnait pas un air terriblement apeuré mais assez anxieux et étonné. Tandis que tu étais proche de la cible, Kong Na elle s'en était un peu éloigné pour la regarder. Cette dernière semblait perdu dans ses pensées, absente. Elle caressait ses phalanges de son autre main, les yeux rivés sur cette jeune fille. Toute deux paraissaient si inoffensives et si fragiles. Si bien qu'on n'aurait su deviner qui des deux allait vendre son âme à l'autre. Une damné face à une damné ; un ange voilà par la noirceur de ses sentiments, un ange éclatant de pureté.

Kong Na était le couteau que l'on enfonçait doucement dans la chair, elle était la souffrance lente et douloureuse. On la sentait au plus profond de soi, elle vous déchirait de la plus atroce façon qu'il soit. Son châtiment enveloppait pourtant doucement les âmes innocentes, les portant aux Limbes, lieu de repos et de quiétude. C'était un travail méticuleux pour la comédienne. Elle voulait être la dernière image, le dernier songe de ces pauvres progénitures divines. Un songe qui les suivrait bien après leur défunt voyage..


Vous étiez tout les deux dans une phase opposée ; Kong Na était symbole de la férocité, et toi de la douceur. Dangereuse dans son approche, tu voyais tout cela comme un divertissement et attachait une importance moins prononcée à la chasse en général. Tu étais perdu entre ces deux mondes, tu étais aussi libre que ces cœurs vagabonds qui égayait les rues des villes. Mais elle ne t'enviait guère pour cela, elle se complaisait dans cette quête de vie. Elle se plaisait à jouer plusieurs cartes, et à enfiler des costumes tout aussi différents les uns que les autres.

A tes mots elle ne répondit guère. Kong Na se contenta de se rapprocher de vous deux, et de prendre la main de la fille, entremêlant ses doigts au sien. Elle savait qu'à présent elle était à votre merci, et que plus rien ne pouvait la sauver des griffes du sort. On n'échappe pas à son destin. Et son destin était à présent là devant ses yeux, aussi clair que le cristal. Mais elle savait qu'une fois la sentence passé, elle serait en haut entre les mains et la bienveillance du Père. Elle ne pouvait apaiser son cœur qu'à ses pensées car après tout que pouvait-elle faire ? Rien. Alors cette victime, cette protégée et pure créature ne broncha point, se laissant porté par ses deux bourreaux..


« - Cette ruelle n'est pas confortable, elle ne l'est pour aucun d'entre nous.. Que dirais-tu d'aller plus loin ? » te demanda alors la douce en levant le regard vers toi, ce regard qui apportait tant de chaleur à cette âme froide. Tu étais tout ce dont elle avait besoin. Et de temps à autre, elle se demandait si tu ne regrettais pas son authenticité... D'un seul coup elle baissa les yeux puis caressa doucement le dos de ta main, presque timidement avant de faire quelque pas avec la jeune fille, vers le bout de cette ruelle sombre.


_________________





Dernière édition par Go Kong Na le Ven 28 Juin - 21:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fou du roi

DC : Yi Su wei
Date d'inscription : 14/04/2013
Messages : 425
Avatar : Lee Joon
Pseudo : Oignivore

Emploi : Patron du cat's eyes, et chasseur d'énergie à pleins temps.

Bloc note : “L'univers est un entrelas de forces. La voie du marchombre sinue entre ces forces et le marchombre se rit d'elles. Invisibles, il les voit. Impalpable, il les sent. Immatérielles, il les touche. Le vent est une de ces forces.



Puissance enivrante, douceur exaltante, soleil de mes nuits, fleure de printemps.

Oh my fucking god. , i'm a girl.

MessageSujet: Re: «Puissance enivrante, douceur exaltante.» Kong Na    Mar 25 Juin - 20:14





Tu guides ton démon jusqu’à sa cible, tu es le cordon qui les relient, tu n’es qu’un pion à l’entité qui rêve de te marcher sur les pieds. Que faire, quoi, comment, tu ne sais, il te guide, tu le suis, enchaîné à ses désirs. Ta pureté s’est caché quand ton démon s’est montré. Il est l’élu, l’élu des salaud, il à toute possession de ses droits, il s’acharne, te torture, te fait reculer, et fait reculer ta pureté encore plus profond dans cette marre sombre et répugnante. Il t’as à sa botte, tu ne peux t’enfuir, tu ne peux t’échapper. Qu’est ce qui t’as amené la ? La peur, la haine ? Il les remercie pour t’avoir enchaîné.

Qu’est-ce qui est pire, le vide ou le plein ? Le néant, il te guette, te touche, te torture. Tu n’est ni bien, ni mal, tu es tout et rien, tu es le néant, ou plutôt le pleins ? Tu nages, coule pour ensuite remonter à la surface, entre ces deux monde.  Parfois, tu envie chaque côté de ce monde, le bien, le mal, toi tu n’es rien, tu cherches à te trouver, dans le sombre ou l’éclat, tu ne sais pas. En posant ton regard sur celle qui fait secrètement battre ton cœur, tu l’envie parfois, car elle est ancrée dans une phase qui lui plaît, elle se trouve dans son univers, alors que tu te cherches, toujours et encore. Tu te demande souvent pourquoi tu n’es pas comme les autres jeojus que tu as pu rencontrer, pourquoi toi et ta sœur êtes si différents, bercé d’une fragilité et d’une puissance que tu puise d’un puits sans fond.

La reine de la nuit approche, elle ondule, si fine, si légère, pareil au vent, pareil à cette douce brise d’été. Sa main glisse le long du bras de sa proie alors que tu la regarde faire, imitant son geste en passant ta main dans le bas du dos de la damnée. Ton regard s’ancre dans celui de ta douce, ton autre, alors que sa voix se fraye un chemin jusque ton cœur, ton cerveau, et tout le reste de ton corps, de ton âme. Ton sourire chaleureux s’affiche alors sur tes lèvres, et alors qu’elle caresse ta main tu frémit, tu t’approches avec douceur tout en délaissant quelque instants leurs proie, avec douceur, tes lèvres rencontre son front, avant que ton visage ne se détache à nouveau du sien. «Oui, tu as raison, alors plus loin. »

A pas feutrés, vous entraînez cette âme qui à finalement accepter son sort, bien plus terrifiée par la tranquillité dont faisait preuve ses deux bourreau plutôt que leur cruauté encore cachée. Tu laisses Kong Na liée à la demoiselle, et marche quelque pas devant elle, silencieux, comme une ombre, comme son ombre, jusque cette petite place qui s’ouvre devant vous. Éclairée par un seul lampadaire, tu regarde la fontaine qui se découpe au centre de la place ronde. Son eau s’écoule tranquillement, sans se soucier de ce qui se passera, comme si elle fermait les yeux. Les arbres font jouer leurs ombres sur les pavés, et la brise qui s’engouffre dans une rue pour faire pour faire chanter le vent résonne à ton oreille comme une douce mélodie. Tu t’arrêtes alors, te tourne et regarde avec intensité ta douce qui tenais votre proie. «C’est une belle place ici non ? Je trouve que c’est un bel endroit... pour le dernier voyage. » tu souris à nouveau et t’approches à pas de loup, glisse sa main dans celle de Kong Na et les entraîne toute les deux vers la lumière.

_________________
Forgiveness.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chikibang.tumblr.com/
avatar


DC : none
Date d'inscription : 14/04/2013
Messages : 111
Avatar : son ga in
Pseudo : breakfast, la nymphe.

Emploi : comédienne passionée.

Bloc note : dans ses yeux se sont glissés des cristaux, son sourire n'est qu'éclat ; et c'est sa main dans la tienne qui l'abandonne de tout ses personnages.


MessageSujet: Re: «Puissance enivrante, douceur exaltante.» Kong Na    Ven 28 Juin - 21:09






Il acquiesce et c'est parfait. Tout se déroule exactement comme elle le voulait, tout se passait à merveille. Rien ne pouvait venir briser cette atmosphère, rien ne pouvait briser le songe de cette nuit. A l'intérieur d'elle, commençait à grandir une excitation d'enfant. Alors vous avanciez, ce feu brûlant toujours logé dans son cœur. Si tu mettais la main dessus, tu pouvais sentir la chaleur que contenait son corps et pourtant, tu pouvais aussi sentir cette peau blanche se refroidir encore.. Les flammes léchait sa chaire et enveloppait son âme dans une dangereuse chaleur mais sa peau, elle restait aussi froide que les tombes de ces êtres chères que la Vie exila. Kong Na appartenait à l'enfer , elle était la damné. Pourtant son cœur qui semblait pourrir au fil des années, s'était épris d'un ange comme toi qui savait la réconforter et estomper son chagrin. Quand ses larmes coulait comme des perles et que tu la sentais tomber en cendre, c'est là alors que la chaleur de ton souffle – cette douce chaleur – venait frapper sa peau de glace. Tu étais magicien, tu étais son magicien. Tu était le plus doux de ses rêves, mais ces mots restent coincés encore au fond de sa gorge.

Ce soir là Kong Na était sensible à tout la beauté que dégageait les rues de Yuheon. La beauté de la nuit, la brise qui venait enlacer son corps, ces murs de pierres pleins d'histoires. Elle se sentait bien, elle se sentait presque ivre de toute cette magnificence. C'était un art avec la belle demoiselle ; elle arrivait à donner de la beauté à tant de lieux, à tant d'Hommes. C'est comme si elle sentait ces effluves du passé, comme si elle voyait sous chaque chose une multitude de secrets. Alors elle regardait cela de ses yeux fascinés, souriait même.

«  Tu m'as donné ta boue, j'en ai fais de l'or. »

beaudelaire


Kong Na te suivait toujours, son regard se posant sur toi de temps à autre avec insistance. Tu marchais un peu devant elle et même si tu ne pouvais pas la voir ses yeux lançait des appels. Elle n'avait pas pris l'habitude de communiquer avec toi par la pensée car elle préférait préserver ces précieux instants en ta compagnie à échanger des mots de vive voix. Peut-être est ce une vision un peu enfantine ? Mais qui ne l'est pas quand on sent ce sentiment s'emparer de soi, quand on se sent brusquement saisie par une vague d'émotions intenses ? Kong Na n'aurait jamais prédit son amour pour toi. Mais aujourd'hui il est bien présent. Et il est grand. Sans être trop grand. Il n'est pas nuisible. Non elle t'aime comme il faut.

Des petites rues, toujours des petites rues. La ville en était pleine, sûrement. Mais peu importe, elle te faisait confiance. Car vous arrivâtes à une jolie place, aux aspects anciens, rappelant les bourgs occidentaux que l'on pouvait trouver dans des temps plus anciens. Un ou deux immeubles abandonnés, quelques fenêtre ouverte mais qui ne semblaient pas dégager de vie : pas de lumières, aucun son. Il n'y aurait très bien pu y avoir personne ; cet endroit semblait éteint. Oui c'était un bel endroit pour le dernier voyage.

Une faible lumière illuminait un endroit de la place, le ciel noir ayant recouvert la ville de son manteau d'encre. Et à côté d'elle, la jeune femme semblait se raidir à présent. Kong Na pouvait sentir son appréhension et sa crainte refaire surface.

« - Non...,murmurait la gusok. »

Sa main tenta de glisser hors de cette étreinte, mais la jolie comédienne referma un peu ses doigts sur celle-ci sans lui adresser un regard, s’apprêtant à ouvrir la bouche pour parler.

« -Non ! Hurlait-elle à présent, faisant voler son poing sur elle, la griffant ensuite pour la force à la lâcher. »

Malgré la douleur physique qui s'emparait d'elle, Kong Na ne lâcha pas prise, se retrouvant sous les coups de la protégée maintenant. Elle n'acceptait plus son sort à présent, la panique s'était emparé d'elle. Elle ne voulait pas s'éteindre elle voulait continuer de vivre, elle vouait continuer de briller comme les étoiles au dessus d'elle. Alors elle griffait, elle griffait son bourreau jusqu'au sang. La peur coulait le long de ses joues, mais plus encore : la rage la rendait incontrôlable. Ta compagnonne était silencieuse mais la plaqua alors contre le réverbère, les mâchoire crispé et les fins filets de sang s’échappant de ses nombreuses plaies.  

« - Ne... complique pas les choses..., lui chuchota-t-elle de façon inquiétante, ses doigts crispés sur sa gorge. »


_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fou du roi

DC : Yi Su wei
Date d'inscription : 14/04/2013
Messages : 425
Avatar : Lee Joon
Pseudo : Oignivore

Emploi : Patron du cat's eyes, et chasseur d'énergie à pleins temps.

Bloc note : “L'univers est un entrelas de forces. La voie du marchombre sinue entre ces forces et le marchombre se rit d'elles. Invisibles, il les voit. Impalpable, il les sent. Immatérielles, il les touche. Le vent est une de ces forces.



Puissance enivrante, douceur exaltante, soleil de mes nuits, fleure de printemps.

Oh my fucking god. , i'm a girl.

MessageSujet: Re: «Puissance enivrante, douceur exaltante.» Kong Na    Jeu 11 Juil - 21:24






Tu t’étais si profondément accrochée à elle que la savoir loin de toi t’étais impossible, l’imaginer loin de toi brûlait ton cœur, brûlait ton âme avec une tel ardeur que ça en devenait douloureux. Combien de temps encore, allez-vous  continuer à vous faire souffrir par ce léger faussé qui vous sépare encore ?  J’entend le chant de nos âmes qui essaient de se retrouver, de s’entre-mêlé, de se décorer.

Tu sens son regard sur toi, qui te caresse comme si elle posait le bout de ses doigts, tu la sens derrière toi, te couver du regard comme tu le fais avec elle. Tu tournes rapidement la tête vers elle, quelques instants, juste assez de temps pour que vos yeux se captent, pour que cette vague passe, pour que l’amour qu’elle à pour toi, et l’amour que tu as pour elle se rencontrent un court instant. Le temps glisse entre tes doigts et la tension monte légèrement, alors que votre proie s’agite. Elle comprend enfin, tu crois, elle vois la fin, elle sens la fin. Elle aurait du le sentir plus vite, plus tôt, était-elle assez puissante ? Allait-elle être cette source de délicieuse puissance dont Kong na et toi êtes à la recherche ? Serait-elle à la hauteur ? Tu voulais que tout sois parfait, toujours, surtout avec ta douce, ton autre, cela devait être parfait pour qu’elle sente en elle toute parcelle de son corps reprendre vie, reprendre énergie qu’elle avait perdue.

En entendant le murmure de la Gusok, tu tournes les talons et t’approches des deux femmes, regardant faire ton binôme avec un léger sourire flottant sur tes lèvres.Tu n’interviens pas lorsqu’elle tente de s’échapper, et tu n’interviens pas non plus lorsqu’elle hurle, ton regard intensément poser sur les deux femmes. Bien sur, tu grondes légèrement lorsqu’elle ose lever la main sur Kong Na, mais tu ne bouge pas, car tu sais très bien qu’elle saura y faire. Quand elle reprend le dessus, tu t’approches alors d’elle, glissant une main dans son dos, et la laissant courir jusque ses joues. Tu te tournes alors vers votre proie, que tu la fusilles du regard alors qu’elle commence à suffoquer à cause de la prise de Kong Na. Voyant qu’elle ne pouvait pas bouger, tu ne t’en préoccupa pas l’espace d’un instant, juste le temps de poser tes deux mains sur les joues de ta douce, de fermer les yeux, quelques secondes seulement.

Pour toi, le temps se fige, tout s’arrête et tu te concentre pour faire cicatriser les plaies sur se visage si angélique et exquis. Le temps s’arrête, remonte dans un passé proche, le sans s’évaporant, arrêtant de couler pour faire demi tour dans leur course et se faufiler à travers les petites plaies jusqu’à ce qu’elles se referment, laissant alors son visage si beau et pure qu’il ne l’était avant qu’elle ne subisse les griffures de la gusok. Tu ré ouvres alors les yeux, à peine quelques seconde après dans le temps réelle, lui sourit tendrement, embrassant son front avant de lui chuchoter « Ne te fais pas prier, je t’en pris commence donc... ». Quelques secondes à peine, puis il relâche les joues de sa douce pour se tourner vers la gusok. D’un geste, il se glisse derrière elle, entre le lampadaire et son corps, et viens emprisonner ses mains dans les siennes, les tenant le long de son corps, susurrant à son oreille « Ne crie pas, pauvre créature, ton chemin est tout tracé... »

_________________
Forgiveness.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chikibang.tumblr.com/

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: «Puissance enivrante, douceur exaltante.» Kong Na    

Revenir en haut Aller en bas
 

«Puissance enivrante, douceur exaltante.» Kong Na

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sur la plaine enivrante...
» maitre kong
» Oh, il neige ! | PV Europhie Exaltante |
» [Vidéo][Next Gen] Une introduction tout en douceur ...
» Une soirée enivrante...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
veneficia felis :: 
yuheon
 :: Hasang :: “ la rivière des perles
-